Salle de lecture Tom Sharpe
L'hôtel Llevant abrite la salle de lecture Tom Sharpe. En collaboration avec la Fondation Tom Sharpe, il s'engage à diffuser et à étudier l'héritage de l'auteur.

L'Hôtel Llevant, une oasis d'écriture
Après huit ans sans publier de roman, Tom Sharpe cherchait un endroit où il pourrait retrouver la paix et la concentration pour écrire. En avril 1992, il a assisté à un congrès littéraire à Barcelone et, de son agence littéraire, il s'est vu offrir le déjeuner à l'hôtel Llevant. L'écrivain est tombé amoureux de Llafranc et expliquera toujours que "c'était le coup de foudre".
Mais il est également tombé amoureux de l'hôtel Llevant, un hôtel familial avec vue sur la mer. Il s'y sentit chez lui et commença à y passer de plus en plus de temps. Il se levait tôt et commençait à écrire, puis se promenait dans le port et prenait son petit-déjeuner. Enfermé de nouveau dans sa chambre, il se remit à écrire et descendit au bar pour le déjeuner. Il mangeait toujours à la même table, mais s'il était très concentré sur un complot, il préférait se faire mettre un sandwich dans sa chambre. Cette routine et cet isolement lui garantissaient les conditions pour avancer dans le processus de création des romans.
Sur le petit bureau de la chambre 108, il a écrit une partie de «Wilt Lost» et a terminé «The Crazy Scholarships» et «The Black Sheep». L'hôtel Llevant avait mis fin à la sécheresse créatrice. La gratitude de Tom Sharpe pour cette oasis qui l'a accueilli et stimulé pendant des années a été immortalisée dans la dédicace de L'ovella negra, publiée en 1996: «En mémoire de Montse Turró et avec gratitude à Jaume, Maria Carme, Pep et Kim, et tout le monde à l'hôtel Llevant de Llafranc ».

Miquel Martín i Serra